Logo CARMFFrise CARMF

 

  Informations de la CARMF n°64 - Décembre 2016 

 

 

Éditorial

Éditorialeditorial du président

éditorial du Président
Et maintenant ?

Dr Lardenois« Et maintenant ? »

C’est par ces mots que je débutais mon premier éditorial en tant que Président de la CARMF. Je vous annonçais le maintien de notre ligne de conduite : une caisse de médecins gérée par des médecins, pour des médecins. Dans ce monde où la parole est si vite oubliée, où le pouvoir administratif est prêt à tout pour s’immiscer dans la gestion du quotidien, nous avons tenu bon.

« On a dit ce qu’on ferait, on a fait ce qu’on a dit ». On a tenu parole.

Qu’en est-il ?

- Pour le régime de base, nous avons sollicité la suppression de la cotisation minimale forfaitaire pour les confrères en cumul retraite / activité libérale dont les revenus sont nuls ou déficitaires. La tutelle ne nous a pas répondu en dépit d’un soutien unanime de la CNAVPL.

Un décret de 2015 permettait la nomination de représentants des syndicats au Conseil de la CNAVPL, sans aucune base représentative. Un recours de la CARMF devant le Conseil d’État a permis de l’annuler, preuve que notre combat est démocratique. Mais là, comble de l’ironie, alors qu’aucune urgence ne s’imposait, la tutelle a immédiatement remplacé ce décret invalidé par un autre qui nomme les mêmes organisations syndicales à vie, nul délai n’étant prévu par ce texte.
Le fait du Prince ?
Le retour des privilèges ?

Si seulement la tutelle répondait aussi vite quand il s’agit de vous épargner d’injustes cotisations ! Alors je m’interroge : pourquoi ne pas attribuer par décret des postes aux administrateurs de la CARMF au sein du Conseil d’administration des syndicats ? L’équilibre serait rétabli, la boucle serait bouclée.

- Le régime complémentaire a vu l’adoption de la retraite en temps choisi, offrant une vraie alternative aux cotisations sans droit du cumul en incitant à la poursuite d’activité, tout en donnant le droit de choisir l’âge de son départ en retraite : une réforme de responsabilité et d’équité.

Notre métier est marqué par deux réalités opposées : la dureté et la passion. Tellement éprouvant certains jours qu’on voudrait tout quitter, mais tellement riche et passionnant qu’on ne peut pas vivre sans lui ! Quel retraité n’a plus sa trousse médicale à portée de mains ? La retraite en temps choisi répond à ces deux exigences : elle permet de continuer à travailler, autrement, sans pression, mais avec la même passion. Des points de retraite complémentaires bonifieront ce choix.

Des esprits chagrins nous disent que c’est surtout bon pour les comptes de la CARMF !
Pour leur répondre le Conseil a décidé d’augmenter de 50 % l’allocation décès en la portant à 60 000 €.
Qui vous proposera, en plus d’une activité à votre convenance, des points de retraite supplémentaires et après 65 ans une assurance vie sans condition ? Personne !
Quelle que soit la situation, le médecin et sa famille seront préservés. Il fallait y penser, la CARMF l’a fait.

- Pour l’ASV, je me réjouis du travail réalisé avec les syndicats, preuve que la CARMF n’a aucun rejet du fait syndical en soi, bien au contraire. Elle est prête dans l’intérêt de nos mandants à s’unir à toutes les bonnes volontés. En cas de départ à 62 ans dans le cadre de la réforme en temps choisi, on nous a demandé, y compris dans le régime complémentaire, de réaliser une décote de 13 % au lieu des 15 % qui auraient assuré l’équilibre immédiat. Au nom de l’unité, de la solidarité vis-à-vis des plus fragiles, nous l’avons fait.

La négociation de l’ASV est conventionnelle et doit le rester. La CARMF a respecté cette réalité, elle ! Si on nous interroge, nous répondons et notre intervention s’arrête là. Mais accepter n’est pas toujours cautionner.
À la CARMF nous continuerons, dans un esprit d’ouverture, à tendre la main pour un dialogue utile et responsable. La seule chose qui compte pour vos administrateurs, ce sont leurs mandants, toute autre notion leur est étrangère.

- La prévoyance fonctionne maintenant de façon apaisée. Les litiges sont en chute libre et des projets sont à l’étude pour améliorer encore la situation.

- Le fonds d‘action sociale donne le meilleur de lui-même.
Récemment initié, un travail de partenariat amplifié avec le Conseil national de l’Ordre donne des premiers signes plus que positifs.
La CARMF est à l’initiative dans l’entraide, elle est force de proposition et de facilitation, elle soutient et développe avec le CNOM et le Centre national de gestion (CNG) une fédération de l’entraide où chaque association prend naturellement la place qui lui revient.

- En plein été, dans la torpeur estivale, une grande habitude française avec les chevaux de Troie budgétaires, un projet de décret sur la gestion de nos réserves sortait du chapeau !
Il a fallu la réaction unanime de tous les présidents et directeurs des caisses de la CNAVPL, mais aussi de l’Assemblée nationale, pour que ce décret soit mis en concertation. Alors que notre gestion ne souffre aucune critique, il faudrait mettre nos réserves sous tutelle ?
Une obsession, décidément !
Moi, je propose de surveiller plutôt les déficits que les excédents : ce sera sans doute plus productif !
Je ne manquerai pas, si pareille aventure devait arriver, de réaliser un audit de départ de nos placements pour pointer les responsabilités en cas de pertes ultérieures.

Enfin, en toute transparence, je publierai pour la fin de cette année le montant de mes indemnités de première année de mandat. Ainsi tout est dit. Les cotisants et les allocataires sont notre priorité et notre seul combat.

Avec mes confraternelles amitiés.

Thierry Lardenois

retour en haut de la page

 La CARMF et vous

 

Documentation

Les guides et dépliants
Les formulaires à télécharger
Les documents officiels
Les publications

Statistiques

Les chiffres clés
Statistiques

Newsletter

Voir les anciennes newsletters

Focus

Vidéos et photos des évènements de la CARMF, diaporamas à télécharger.



Résidences de vacances

Réservez vos vacances
au meilleur prix !