Logo CARMFFrise CARMF

Archives 2015

Élections

Juridique

Informations diverses

Communiqués de presse

Archives

 

Retour
à la page d'accueil

Le nouveau bureau de la CARMF

Le 14 septembre 2015

Communiqué de presse

Un nouveau bureau à la CARMF

 

Le Conseil d’Administration de la CARMF vient d’élire son nouveau bureau comme tous les trois ans, suite au renouvellement de la moitié des administrateurs.

Pour le poste de Président, bien qu’aucun candidat ne se soit présenté, le Docteur MAUDRUX, seul administrateur figurant sur les bulletins, a été élu dès le premier tour à la majorité absolue. Il a accepté la Présidence à une condition : ne faire que la moitié de son premier mandat de 3 ans, au lieu des deux ou trois prévus par le décret du 22 juillet 2015 sur la gouvernance des sections professionnelles, pour permettre d'assumer une transition progressive avec le premier Vice-Président qui lui succèdera.

Le Docteur Thierry LARDENOIS, médecin généraliste (secteur 1) et élu de la région de Strasbourg, a été élu Premier Vice-Président.

Le Conseil a ensuite procédé à l’élection des autres membres du Bureau comportant deux généralistes aux postes de vice-présidents, deux spécialistes et deux allocataires. La composition du Bureau est donc la suivante :

 

Président : - Docteur Gérard MAUDRUX
Premier vice-président : - Docteur Thierry LARDENOIS
Deuxième vice-président : - Docteur Olivier PETIT
Troisième vice-président : - Docteur Eric MICHEL
Trésorier : - Docteur Hervé ENTRAYGUES
Trésorier-adjoint : - Docteur Sylviane DUTRUS
Secrétaire général : - Docteur Claude POULAIN
Secrétaire général adjoint : - Mme Joelle PERRIN

 

Téléchargez le communiqué de presse (PDF : 46Ko)


La CARMF gère l’ensemble des régimes obligatoires de retraite et de prévoyance des médecins libéraux (126 000 cotisants, 81 000 prestataires). Elle recueille chaque année plus de 2,35 milliards d’euros de cotisations (médecins +caisses maladies) et verse 2,17 milliards d’euros de prestations, les excédents sont affectés aux réserves ou servent à payer la compensation nationale.